Augmentation mammaire par prothèses

L’augmentation mammaire par prothèse est une procédure chirurgicale permettant d’augmenter le volume de seins trop petits grâce à la mise en place d’une prothèse mammaire remplis de gel de silicone ou de sérum physiologique. Le résultat obtenu est un sein plus volumineux, plus esthétique et adapté à votre morphologie.

Chez certaines patientes ne souhaitant pas de prothèses, il est possible de réaliser une augmentation mammaire en réainjectant leur propre graisse (lipofilling des seins).

Le Dr Kevin HADDAD proposera lors de la consultation pré-opératoire la réalisation d’une simulation en 3D Crisalix du résultat, permettant de guider la patiente et de répondre à de nombres interrogations.

augmentation mammaire par prothèses

Points clés de l'augmentation des seins par implant.

  • Un implant est inséré sous le sein afin d’en augmenter le volume.
  • L’implant peut être remplis de silicone ou de sérum physiologique.
  • Le choix de l’implant (taille et forme) est déterminé en fonction de vos désirs, de votre morphologie, de la qualité de votre peau, et de l’expertise du chirurgien.
  • Il n’y a pas de règle pour la durée de vie des implants.

A qui s'adresse l'augmentation mammaire par prothèse?

Une chirurgie d’augmentation mammaire peut être proposée pour les raisons suivantes :

  • Augmenter le volume et la projection de seins naturellement petits.
  • Restaurer le volume mammaire ou la forme des sein après une grossesse, un allaitement ou une perte de poids.
  • Correction d’une asymétrie des seins.
  • Reconstruction des seins après un cancer.

Si cela est nécessaire, une cure de ptose (plastie-prothèse) pourra être réalisée dans le même temps pour remonter les seins.

Points techniques

Contenu de l’implant :

Les implants rempli de gel de silicone donnent un résultat plus naturel, notamment à la palpation, qu’un implant rempli de sérum physiologique.

Les implant rempli de sérum physiologique présentent deux avantages principaux. Le premier est la résorption naturelle du sérum physiologique par notre organisme en cas de rupture. Le second est sa mise en place par une voie d’abord sous-mamelonnaire, entraînant une cicatrice extrêmement discrète.


Forme de l’implant :

Les implants peuvent être de forme ronde ou anatomique. La forme anatomique, parfois indiquée, permet de donner un résultat plus naturel.


Volume de l’implant :

En fonction de l’augmentation souhaité par la patiente, le choix du volume et du profil de l’implant sera déterminé lors de la consultation pré-opératoire. Une simulation en 3D par procédé Crisalix, permettra de vous aider dans votre choix.


Quatre cicatrices possibles : 

  • Voie d’abord sous-mammaire : elle entraine une cicatrice sous le sein, mesurant 3-5 cm de long. C’est la voie d’abord la plus classique, permettant un abord direct de la loge et diminuant le risque de coque ou contracture capsulaire. Cependant il n’est pas recommandé d’utiliser cette voie en cas de volume mammaire < 200 cc, pour les seins de forme tubéreuse, ou lorsque le sillon sous-mammaire est inexistant.
  • Voie d’abord axillaire : elle entraîne une cicatrice dans le creux axillaire.
  • Voie d’abord péri-aréolaire : elle entraîne une cicatrice située dans la partie inférieure de l’aréole.
  • Voie d’abord sous-mamelonnaire : elle entraîne une cicatrice sous le mamelon. Elle n’est possible que pour les prothèses mammaires remplis de sérum physiologique.

Position de l’implant : 

L’implant peut être positionné derrière le muscle grand pectoral (retro-musculaire) ou derrière la glande (retro-glandulaire).

Le positionnement sous la glande est moins douloureux, mais augmente la visibilité de l’implant. Le positionnement derrière le muscle donne un aspect plus naturel, notamment chez les patientes minces avec de petits seins.

Pour obtenir un résultat le plus naturel possible les implants sont mis en place selon la technique du dual-plan : la partie supérieure de la prothèse mammaire sera couverte par le muscle grand pectoral, et la partie inférieure par la glande mammaire.

Déroulement d'une augmentation mammaire prothétique

Consultation pré-opératoire :

La décision d’augmenter le volume de ses seins est une décision personnelle. Les éléments important de la discussion avec le Dr Kevin HADDAD seront :

  • Détermination de la forme de l’implant : rond ou anatomique.
  • Détermination de la composition de l’implant : silicone ou sérum physiologique.
  • Détermination de la position de l’implant : sous la glande ou sous le muscle.
  • Détermination du volume de l’implant en fonction des souhaits de la patiente. Une simulation en 3D par procédé Crisalix pourra être réalisée pour vous aider dans votre choix.
  • Détermination de la voie d’abord pour la mise en place de l’implant, selon les choix de la patiente.
  • Il peut être utile de venir lors de la première consultation aves des photos du résultat souhaité. Même si chaque patiente est différente, cela permet d’avoir une idée approximative du résultat souhaité.
  • Information sur les complications liées à la mise en place d’implants mammaires, notamment le risque de survenue d’une coque ou contracture capsulaire.

Intervention chirurgicale :

  • L’intervention est réalisée sous anesthésie générale.
  • Durée de l’intervention : 1 heure

Post-opératoire :

  • La patiente peut rentrer chez elle le jour même (chirurgie ambulatoire) ou le lendemain de l’intervention.
  • La douleur est soulagée par la prescription d’antalgiques les jours suivant l’intervention.
  • Il est nécessaire de porter un soutient gorge de contention pendant 30 jours.
  • Des soins de cicatrices seront réalisés quotidiennement pendant une dizaine de jour.

Questions fréquentes sur l'augmentation mammaire.

Quels sont les bénéfices d’une augmentation mammaire par prothèses ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Les bénéfices d’une augmentation du volume des seins par la mise en place d’un implant sont multiples :
  •       Augmentation de la taille des seins.
  •       Amélioration de l’aspect esthétique de la poitrine.
  •       Adaptation des proportions à la morphologie de la patiente.
  •       Amélioration du décolleté.
  •       Amélioration de la symétrie des seins.
Quelles sont les limites de la chirurgie d’augmentation mammaire par prothèse ?

La réponse du
Dr Haddad

  • La mise en place d’un implant mammaire ne permettra de remonter que très légèrement les seins. Un lifting des seins (plastie-prothèse), qui nécessite des cicatrices supplémentaires, devra être associé en cas de ptose importante de la poitrine.

 

  • Chez les patientes présentant une asymétrie mammaire, elle sera corrigée dans le même temps que l’augmentation mammaire. Chez ces patientes, il est impossible de garantir l’obtention d’une parfaite symétrie en post-opératoire.
Quelles sont les complications et dangers des prothèses mammaires ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Bien que rares, l’information de la patiente sur les complications des implants est obligatoire :
Quelles sont les alternatives à l’augmentation mammaire par prothèse ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Certaines femmes ne souhaitent pas la mise en place d’un implant mammaire. Les alternatives que l’on peut leur proposer sont :
    •        Le lipofilling des seins : augmentation du volume mammaire par transfert de graisse.
    •       Le lifting des seins : permet la correction d’une ptôse du sein, permettant de concentrer le volume mammaire.
    •       Tout simplement, ne pas se faire opérer et s’accepter sois-même.
J’hésite entre des implants en silicone ou en sérum physiologique. Comment choisir ?

La réponse du
Dr Haddad

  • L’important est de pouvoir offrir à la patiente les deux possibilités. La consultation pré-opératoire permet justement d’éclairer ce choix, après exposition des avantages et inconvénients de chaque type de prothèse.

 

  • L’avantage principal du sérum physiologique est qu’en cas de rupture de l’implant, le sérum physiologique sera absorbé par l’organisme et n’entraînera aucune conséquence.

 

  • L’avantage principal du silicone est dans la consistance du sein, qui sera plus souple et plus naturel au toucher.
Faut-il placer l’implant derrière ou devant le muscle grand pectoral ?

La réponse du
Dr Haddad

  • L’implant est le plus souvent placé derrière le muscle, avec technique du « dual plan ». Cette technique permet une couverture plus importante de la prothèse, donc un résultat plus naturel.

 

  • Le positionnement devant le muscle pourra être proposé si :
    •      – La patiente ne souhaite pas d’animation de la prothèse.
    •      – Le volume du sein avant l’intervention est suffisant pour une bonne couverture de l’implant.
Une augmentation mammaire par prothèse est-elle une intervention douloureuse ? Vais-je avoir mal ?

La réponse du
Dr Haddad

  • En cas de placement de l’implant au dessus du muscle, la douleur est relativement faible.
  • L’intervention est plus douloureuse en cas de placement sous le muscle, et peut durer quelques jours. La prescription d’antalgiques adaptés en post-opératoire permet de soulager cette douleur.
Quelle est la durée d’arrêt de travail nécessaire après une augmentation mammaire par prothèse ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Une période de repos d’une semaine est recommandé après l’intervention.
  • Il faudra éviter tout port de charge lourde durant les 30 jours suivant la chirurgie, notamment en cas de placement de l’implant sous le muscle.
Existe-t-il des solutions non chirurgicales pour augmenter le volume des seins ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Non, la chirurgie est l’unique solution pour augmenter le volume des seins, soit par la mise en place d’un implant, soit par la réalisation d’un lipofilling.

 

  • L’injection de produits (acide hyaluronique notamment) dans les seins est une pratique interdite.
A partir de quel âge peut-on réaliser une augmentation mammaire ? Y-a-t-il un âge minimal ?

La réponse du
Dr Haddad

  • L’intervention est classiquement réalisée à partir de 18 ans, une fois la croissance des seins complètement terminée. De plus, la réalisation d’une augmentation mammaire est une démarche médicale importante, nécessitant une certaine maturité et réflexion de la part de la patiente.
L'allaitement est-il possible après une augmentation mammaire par prothèses ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Dans la très grande majorité des cas, avoir des prothèses mammaires n’empêchera pas d’allaiter.

 

  • Il faut comprendre que certaines femmes bénéficiant d’une augmentation mammaire ont une glande mammaire de très petite taille qui ne sera pas forcement capable de produire suffisamment de lait. Cela n’est pas dû à la chirurgie, mais à la morphologie initiale de la patiente.
Combien de temps faut-il attendre après une grossesse pour une augmentation mammaire ?

La réponse du
Dr Haddad

  • La poitrine subit de multiples modifications durant la grossesse (augmentation du volume, chute des seins,…). C’est la raison pour laquelle un délai minimal de 6 mois à 1 an est nécessaire, afin de pouvoir évaluer au mieux le volume et la forme de vos seins avant l’intervention.

 

  • S’il y a eu allaitement, il faudra parfois attendre plus longtemps. Un test simple permet de savoir si vous êtes prête pour la chirurgie : s’il est encore possible d’extraire du lait par vos mamelons, c’est qu’il faut patienter. En effet, il est prouvé que la présence de lait lors de la chirurgie d’augmentation mammaire par prothèses augmente les risques opératoires, principalement les risques d’infection et de coque.
Est-il possible d’avoir des enfants après une augmentation mammaire ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Bien évidemment, le fait de réaliser une augmentation mammaire ne vous empêchera pas de tomber enceinte et d’avoir des enfants.
  • Cependant, le volume et la forme de vos seins pourront être modifiés par rapport au résultat initial.
La présence de prothèses mammaires empêchera-t-elle la surveillance/dépistage du cancer du sein ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Les recommandations en terme de dépistage du cancer du sein sont les mêmes pour toutes les patientes, notamment en terme de dépistage par mammographies.
  • Pour que toutes les précautions soient prises, il faut prévenir le radiologue de la présence de prothèses mammaires. Cela facilitera l’interprétation de l’imagerie, et préviendra le risque de rupture de l’implant.
Quelle est la durée de vie d’un implant ? Au bout de combien de temps faut-il changer une prothèse mammaire ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Il n’y a pas de règle pour la durée de vie d’une prothèse mammaire, qui varie en fonction des patientes, et peut aller jusqu’à 15-20 ans, voire plus. Si vous n’avez pas de problèmes avec vos implants, il n’y a aucune indication à les changer plus tôt.

 

  • Les raisons pouvant justifier une seconde intervention sont :
    •       Patiente souhaitant modifier (augmenter ou diminuer) le volume.
    •       En cas de rupture de l’implant.
    •       En cas de contracture capsulaire importante.
    •       Si la patiente souhaite faire remonter sa poitrine. En effet, la survenue d’une ptôse des seins survient naturellement avec le temps.
Y-a-t-il un poids idéal avant la mise en place d’un implant mammaire ?

La réponse du
Dr Haddad

  • Il faut être proche de son poids idéal pour la réalisation de l’intervention.
  • Ce poids doit être stable. Les fluctuations du poids peuvent avoir un impact sur la forme de vos seins, et modifier le résultat initial.
Faut-il arrêter de fumer avant une augmentation mammaire ? Combien de temps faut-il arrêter avant l’intervention ?

La réponse du
Dr Haddad

  • L’arrêt du tabac est obligatoire avant toute chirurgie. D’autant plus dans le cadre d’une greffe adipocytaire, ou le tabac diminue la prise de la graisse au niveau des seins.
  • Un délai minimal de 45 jours avant la chirurgie est nécessaire.
L’augmentation mammaire par prothèse modifie-t-elle la sensation de mes mamelons ? Vais-je toujours sentir mes tétons après l’intervention ?

La réponse du
Dr Haddad

  • La plupart des femmes signalent une diminution initiale de la sensibilité après l’intervention, qui récupère complètement en quelques semaines.
  • Exceptionnellement, une diminution permanente de la sensibilité peut-être observée

Posez votre question au Docteur Haddad

Bonjour Docteur,

J’ai accouché il y a 2 mois et j’aimerai me faire une augmentation mammaire. C’est possible?
Merci

Bonjour Madame,

Il est nécessaire d’attendre entre 6 mois et 1 ans après une grossesse (parfois plus si il a eu allaitement). L’objectif est d’attendre que la forme des seins soit stable et qu’il n’y ait plus aucune extériorisation de « lait » par le mammelon.

Bien cordialement

Bonjour, il faut faut changer les prothèses au bout de combien d’années ?
Merci

Bonjour Madame,

Actuellement, pour les nouvelles prothèses, il n’y a plus de règle pour la durée de vie d’un implant mammaire, qui peut aller jusqu’à 30 ans (pour les anciennes prothèses, on disait autrefois qu’il fallait les changer tous les 10 ans).

Pour faire simple : il n’y a pas d’indication à un changement de prothèses si elles sont en bon état et ne présentent pas de signes de rupture. Néanmoins, elles seront changées si une rupture ou une contracture capsulaire survient, si un changement de volume est souhaité, ou à l’occasion de la correction d’une ptose mammaire.

Bien cordialement;

Bonjour docteur,

Mon bonnet est un A, parfois un petit B selon les marques de soutient gorge. Je voudrais une augmentation mammaire avec une prothèse devant le muscle. Est-ce possible ?

Respectueusement,

Bonjour,

Pour les patientes ayant un bonnet A pré-opératoire, il est plus classique de mettre l’implant derrière le muscle afin de diminuer sa visibilité.
Une alternative est la réalisation d’une augmentation mammaire composite : l’implant est positionné devant le muscle, et il est associé un lipofilling (injection de graisse) pour un résultat plus naturel et augmenter la couverture de l’implant.

Bien cordialement,

Bonjour, la simulation dont vous parlez est-elle réalisée systématiquement en consultation ?

Bonjour,

Il s’agit d’une simulation en 3D réalisée avec le logiciel Crisalix. Elle est réalisée systématiquement lors de la consultation pré-opératoire pour aider au choix de l’implant (volume, projection, …) et avoir une idée du résultat final.

Bien cordialement,

bonjour jai des protheses qui ont bougée est ce qu’on peut les enlever et mettre de la graisse a la place?

Bonjour Madame,

Vos implants ont pu  » bouger  » pour de multiples raisons (retournement d’une prothèse anatomique, contracture capsulaire….).
Un exman clinique est indispensable pour établir la bonne prise en charge. Si vous ne souhaitez plus d’implants et que vous disposez de  » zones donneuses » graisseuses, il est possible de les retirer pour les remplacer par votre propre graisse. Il est néanmoins important de savoir que la forme des seins sera modifiée après l’ablation et que 1 ou 2 interventions sont le plus souvent nécessaires pour obtenir un volume satisfaisant.

Bien cordialement,

Bonjour Docteur,
Je fais un bonnet A, jusqu’à quelle taille peut on arriver avec des prothèses?
est ce que un bonnet D ce serait possible pour moi?
merci
Bien cordialement

Bonjour Madame,

Le volume final dépendra du volume et des caractéristiques de la prothèse mammaire utilisée. Il sera ainsi possible de réaliser une augmentation pouvant être modérée, moyenne ou importante.
Cependant, étant donné que vous avez actuellement un bonnet A, cela signifie que vous avez très peu de glande mammaire pour couvrir l’implant. Cela signifie que plus l’implant sera de volume important, moins le résultat sera naturel.

Bien cordialement,